L’eau d’un ruisseau qui coule entre les rochers, Des gouttes d’eau qui font des claquettes sur la vitre de notre chambre, d’autres qui glissent en cascade dans une fontaine, ou encore le son de clapotement des vagues. Nous avons tous remarque que le bruit de l’eau est un excellent anti-stress naturel.

L’eau qui coule : un anti-stress naturel

Pour démontrer cette théorie, des chercheurs de l’université de Zurich ont exposé 60 femmes à une situation stressante, les chercheurs ont ensuite divisées ces femmes en trois groupes : le premier groupe a du écouter de la musique, le second groupe du silence, et le dernier groupe de femmes a écouté un bruit d’eau qui coule en continu. A la fin de l’expérience, ils ont conclu que les femmes exposées au bruit de l’eau étaient bien plus zen que les autres.

Cela s’explique par la façon dont notre cerveau interprète les bruits pendant la journée et pendant la nuit aussi. Certains sons ne peuvent pas être ignorés. Le cerveau sait par instinct que ce sont des signaux d’alarme qu’il ne faut pas négliger. D’autres sons, comme le bruit de la pluie, ou le bruit des vagues, n’activent pas cet état d’alerte, bien au contraire la personne éprouve même du plaisir et parfois le besoin d’être bercées par ces sonorités pour trouver le sommeil ou pour simplement se détendre.

Il existe une autre raison qui explique pourquoi les sons d’eau nous aident à dormir, elle concerne la façon dont ces sons bloquent les autres bruits susceptible d’activer le système de vigilance du cerveau, comme une porte qui claque, des bruits de pas ou un averisseur dans la rue. L’enregistrement d’une cascade d’eau, même si le volume est assez haut, peut étouffer d’autres sons et ainsi permettre à notre cerveau de se relaxer.

Une prise de son soignée requise

La prise du son de l’eau dans n’importe quel état est très importante et très soignée, c’est une technique de prise de son appelé : le binaural. C’est une des méthodes d’enregistrement cherchant à reproduire la perception sonore naturelle humaine et ce, par restitution au casque. Le principe est d’envoyer à chaque oreille le son le plus proche possible de celui que reçoivent les oreilles quand elles écoutent une scène sonore naturelle. Cela implique d’enregistrer avec une tête artificielle et la restitution du son par un casque, car la restitution par haut-parleur introduit inévitablement une diaphonie qui est l’interférence d’un premier signal avec un second détruisant l’effet binaural, ce qui n’a pas lieu avec un casque.

Les différents murmures de l’eau sont aussi intégrés dans le générateur de bruits blanc, car si certaines personnes ont la capacité de dormir sereinement en présence de bruit. Grand nombre de gens ne se prévalent pas toutefois de la même capacité. C’est pour cette deuxième catégorie que les générateurs de bruits blancs révèlent toute leur utilité. C’est quelque chose sur lequel vous pouvez vous concentrer pendant que vous vous endormez afin d’éviter le « monkey spirit ». Cette thérapie sonore à l’aide de bruits blancs semble en effet très bien marcher chez les personnes atteintes d’acouphènes. Sachant que les acouphènes sont des bruits « parasites » qu’une personne entend sans que ceux-ci existent réellement. Fonctionnant sur le principe d’une rééducation du cerveau, le générateur de bruits blancs consiste à délaisser les acouphènes en arrière-plan pour qu’ils soient moins gênants au quotidien, pour offrir aux personnes qui en souffre la détente et la relaxation qu’ils leurs faut.

Ce son nous rappelle notre environnement naturel. Il nous met donc en confiance et nous relaxe, alors si cette douce mélodie ne vous donne pas envie d’aller aux toilettes et vous évite des insomnies et des sensations de stresse, inutile alors de vous en priver.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *